Atelier théâtre

(Terminé depuis juin 2019)

Organisé par Mme Grange et M. Mureau (professeurs de SES), l’atelier Théâtre avait pour but de faire découvrir aux élèves (de tous les niveaux du lycée) la pratique du théâtre et la création artistique, mais aussi de travailler les méthodes de la prise de paroles et de l’oral (utile pour la préparation des épreuves orales du bac).

Les ateliers étaient les lundis de 16h15 à 18h en salle de conférences.

Remarque : les élèves de terminale peuvent préparer l’épreuve de l’option libre Théâtre à l’atelier.

Archives

Année scolaire 2015-2016

Concours d’écriture théâtrale

Écrivez un texte théâtral ! les 5 gagnants seront mis en scène par l’Atelier théâtre et présentés publiquement dans la salle de spectacle en juin 2016.

En 2010

L’atelier du vendredi présente une adaptation de la pièce de Shakespeare « Macbeth » à partir d’une traduction originale de Jean Paul Mougey. Cette pièce, « Macbeth ou l’Enfance de l’Art », sera donnée 8 fois, du 18 au 28 mai 2010, dans la salle polyvalente.

MACBETH OU L’ENFANCE DE L’ART

Château de Blois, un soir de printemps 1559. Dans leur chambre à  coucher, trois enfants royaux, Charles Maximillen (futur Charles IX) 9 ans, Edouard Alexandre (futur Henri III), 8 ans et Marguerite (future Reine de Navarre), 7 ans, profitant du départ des Chambrières commises à  leur service et qui viennent de procéder à leur petit coucher, se relèvent en tapinois pour poursuivre la pratique de leurs jeux favoris (poupées et dinette, chamboule-tout, bilboquet). La passion du jeu enfantin, calqué sur les réalités adultes de la Cour où ils vivent et qu’ils ont le loisir d’observer, les entraînent fantasmatiquement dans une revisitation des péripéties qui tissent la trame du “Macbeth” de William Shakespeare. C’est alors que, dans l’ atmosphère nocturne et ambiguë de cette chambre d’enfant un peu particulière, les Chambrières réapparaissent pour prononcer à l’adresse des Princes d’étranges prophéties. Les joueurs sont ainsi pris en otages par leur propre jeu et, à  leur insu, deviennent les personnages de Shakespeare. La tragédie du Pouvoir peut alors commencer dans cette chambre à coucher peuplée de jouets.

Macbeth ou L’enfance de l’art ne constitue pas a priori une “adaptation” de la pièce de Shakespeare. C’est seulement le choix d’un angle d’attaque dramaturgique inédit pour en rendre compte. Ici, les jeux de ces Princes ne font que dénuder les rouages d’un type de pouvoir qui surgit à  la Renaissance et supplante le pouvoir de type médiéval, fondé sur l’autorité de Dieu, du Père et du Roi dont les trois figures se superposent. Ce nouveau pouvoir, dont Machiavel s’est fait le chantre dans Le Prince en 1495, repose sur une révision totale des valeurs morales prônées antérieurement et une certaine aptitude à  la stratégie. C’est dans le sens anglais qu’il faut entendre le mot “art” qu’on peut traduire par “habileté”, “savoir faire” ou “ruse”. Un peu comme dans Sa Majesté des Mouches de William Golding, le jeu des enfants sert de révélateur à  la réalité politique et sociale ambiante, initiée par les adultes.

Dernière mise à jour le