Le cygne blanc

 

 

"Toutes les forces viennent de la nature. C'est la mère nourricière qui est là. Il n'y a d'abstrait que les sept figures géométriques" - Henri-Georges Adam (1904-1967)

 

 

 avant5

Le Cygne blanc  de Henri-Georges Adam pour le Lycée Charlemagne (Lycée Hector Berlioz aujourd'hui) à Vincennes (1962)

"…Lissier, sculpteur, dessinateur, graveur, Adam dispose, dès lors de toutes ses techniques, qui en tentera parfois, par la suite, la synthèse : ainsi dans ses cuivres burinés et découpés et, plus encore, dans les bronzes et les pierres qu’il couvre de signes gravés, comme jadis ses ancêtres bretons avaient agi avec tels menhirs. Le plus souvent, pourtant, il ne cherche pas à marier les arts différents qu’il pratique, conscient de leur spécificité. Il se contente de les conduire, pour ainsi dire, dans le même sens et du même pas : un pas lent, grave et sûr, qui progresse constamment vers une grandeur accrue et un surcroît de simplicité.

…Parvenant à l’intensité par le dépouillement, au grandiose par le simple, à la plénitude par le rudimentaire, c’est un exemple de santé, de grandeur, d’authenticité qu’Adam propose à notre époque, dans le même temps qu’il lui enseigne le chemin pour accéder à ces qualités, à ces privilèges : avoir l’audace, en dépit des modes, et la générosité, d’être orgueilleusement d’être humblement, soi même..."

Bernard Dorival

Extrait de la préface du catalogue de l’exposition Adam

Musée National d’Art Moderne de la ville de Paris - 1966