30 novembre 2015

Voyage sur le front de la Somme

Voyage sur le front de la Somme, Albert et Péronne, dans le cadre de la célébration du centenaire de la Grande Guerre 1914-1918.

Cette année, des élèves de Première sont partis les 11 et 12 novembre afin de participer aux cérémonies du souvenir à Albert et de devenir des acteurs de la mémoire du premier conflit mondial. Le cortège était important entre les officiels, les représentants d’associations, les élèves de différents niveaux et la population. Le rituel républicain d’hommage aux anciens combattants a été vécu avec solennité et émotion à chaque monument aux morts.

La visite du musée de la Somme, de l’Historial de Péronne et le circuit du souvenir ont été l’occasion pour les élèves d’approcher l’expérience vécue par les poilus sur le front. Les élèves regrettent souvent que l’on n’ait pas conservé davantage de tranchées, même si celles-ci ressemblent aujourd’hui davantage à une promenade champêtre avec leur couvert d’herbe verte, qu’aux couloirs de boue dans lesquels ont combattu 63 millions d’Européens et de recrues issues des empires coloniaux.

Trou de mine de la Boisselle

Le lendemain, les élèves ont travaillé par groupe sur des dossiers rassemblant des photographies Noir & Blanc ou couleurs autochromes prises pendant la guerre. Le projet pédagogique associait Histoire et Sciences Physiques, ce qui a permis aux élèves d’étudier le premier procédé de production de photographies couleurs. Les collections de photographies émanaient de sources différentes : service des armées, photos prises par des officiers, photos privées. Cette diversité a conduit les élèves à s’interroger à la fois sur ce que les photographies apportaient à la connaissance de la guerre, et à apprendre à exercer leur esprit critique en s’interrogeant sur les conditions de prise de vue et les contenus des photographies mis en relation avec leurs destinataires. La photographie de guerre a-t-elle été un témoignage ou une source de propagande ? Un débat sur le rôle de l’image aujourd’hui a clôturé ce travail afin de faire la relation passé-présent et de montrer l’actualité de ce questionnement.

Le monument aux morts de Péronne, enfin, représentant un soldat mort au-dessus duquel sa veuve brandit un poing tendu contre la guerre a suscité un mouvement d’empathie spontané auprès des élèves. Ceux-ci sont revenus à Vincennes avec le sentiment d’avoir vécu au plus près de ce que la Grande Guerre avait pu être d’hier à aujourd’hui.

P. Coumau, H. Turin, P.H. Pin

Ce voyage a été réalisé avec le soutien du ministère de la Défense- direction de la mémoire, du patrimoine et des archives.

Dernière mise à jour le